En garde, prêts, allez !

  • Par Julie Renson Miquel
  • 8 avril 2020
Emma-escrime-visio

Illustration réalisée par ©Emma @em_tressos

Si les sportifs de haut niveau, ou de très bon niveau, ont des coachs qui leur dispensent des séances personnalisées, qu’en est-il des sportifs amateurs ? Pour continuer à faire bouger leurs adhérents, certains entraîneurs de clubs ou de ligues multiplient les initiatives personnelles. Entraînement avec Marie Pierre-Grolier, maître d’armes en Seine-et-Marne. À vos épées !

16h15, la séance débute dans quelques minutes. « Vite je vais être en retard ! », s’écrie Stan, jeune escrimeur de 13 ans, tout en enfilant rapidement sa tenue. Comme ses 38 partenaires d’entraînement, âgés de 8 à 15 ans, il se prépare pour une nouvelle séance vidéo en direct avec sa maître d’armes. « Marie nous a dit de mettre notre pantalon d’escrime cette fois au lieu de notre survet’. Alors, on va peut-être faire quelque chose de nouveau ! », confie Stan, intrigué.

Marie, c’est Marie Pierre-Grolier, 29 ans, maître d’armes au club d’escrime de l’US Avon et de Montereau en Seine-et-Marne. Au chômage technique, confinement oblige, cette passionnée n’a pas pour autant abandonné ses petits protégés. Bien au contraire, elle vient de mettre en place un système afin que les jeunes continuent de pratiquer l’escrime trois fois par semaine.

 « J’ai mis un peu de temps pour trouver la meilleure formule, confie Marie Pierre-Grolier. J’ai d’abord envoyé des messages, des mails, pour avoir des nouvelles des enfants… puis l’idée m’est venue. C’est une initiative personnelle, j’ai utilisé le concept des cours filmés en direct lancé par Philémon Barruyer, entraîneur national à Orléans. »

Recréer une ambiance de club

Comme le confinement n’est pas toujours simple à gérer pour tout le monde, le but du jeu pour Marie « est que les jeunes se retrouvent dans leur ambiance de club. » Et ça marche ! « C’est super cool, ils se voient tous, ils me voient, comme si on était en club. Ça les sort de leur quotidien un peu enfermé, ils sont ravis. » Les parents, eux aussi, sont nombreux à saluer cette initiative : « Je reçois beaucoup de messages… franchement ça marche bien, se réjouit Marie. Là j’ai encore de nouveaux inscrits pour cette semaine. On va poursuivre jusqu’à la fin du confinement. »

Stan est fin prêt. Il a posé sa tablette sur la table du jardin et attend en trépignant le code d’accès pour commencer l’entraînement. Le système est simple : à l’heure dite, il reçoit le fameux code par mail, qu’il entre ensuite dans Zoom (application de conférence à distance). Mieux vaut bénéficier d’une bonne connexion si l’on veut suivre le rythme. « La première fois j’ai dû faire le tour de la maison pour trouver l’endroit où ça buguait le moins et j’ai loupé l’échauffement », raconte le jeune escrimeur. Au bout d’une semaine, tout le monde est à peu près rodé, ou presque… 

Le visage de Marie et de ses camarades s’affiche alors. Le temps que tout le monde se connecte, chacun y va de sa petite phrase : « Mariiiee, tu sais que je voulais commencer la vidéo en pyjama » lance une petite voix fluette. Si l’ambiance est décontractée, la concentration est de rigueur. La maître d’armes donne les consignes en montrant les exercices, tout en gardant un œil sur tous. Elle encourage, rappelle à l’ordre, ou corrige les positions. Au programme : échauffement, course sur place, pas-chassés, squats, pompes, travail sur les fondamentaux, c’est-à-dire « les petits déplacements de l’escrimeur qu’on peut faire sans avoir d’arme » explique Marie.

Un entraînement physique et technique

A l’entraînement physique, s’ajoute même un travail technique. Armés d’une cuillère en bois (les jeunes n’ont pas toujours leur propre arme), les escrimeurs exécutent minutieusement des mouvements spécifiques à leur sport, guidés par la voix dynamique de Marie. « Sixte* ! Quarte* ! Allez, les jambes bien fléchies ! On menace la caméra ! »

* La quarte est l’une des huit positions de la main en escrime, elle permet par exemple de riposter, (parer en quarte, …)
* La sixte est la position de garde au fleuret et à l’épée, elle est toujours exécutée au début de chaque assaut.

Au bout de 35 minutes, la séance touche à sa fin. Toujours bienveillante, Marie félicite ses jeunes escrimeurs et leur donne rendez-vous le lendemain. Mais pour la maître d’armes, la journée n’est pas tout à fait terminée… « Je donne une séance de prépa physique, tous les jours à l’écrit, pour les compétiteurs adolescents de plus de 15 ans, qui sont en circuit national. On a un groupe Whatsapp, explique-t-elle. Certains jeunes embarquent même leurs parents. Ils font ça en famille, c’est sympa ! »

A l’initiative de Philémon Barruyer, entraîneur national à Orléans, il est désormais possible de suivre gratuitement des séances d’escrime en live avec des entraîneurs de la Fédération française d’escrime. Le principe ? Chaque jour, à 18h, un maître d’armes différent dirige la séance. Il est assisté d’un autre maître d’armes qui vous conseille individuellement en Live. Vous pouvez également retrouver Marie Pierre-Grolier le mercredi à 16h pour une séance destinée aux enfants. Inscription obligatoire sur la page Facebook d’Escrime à la Maison.

Auteur.e.(s)

  • Amie des pangolins avec toujours un livre à portée de main. Mordue de sport au jeu de jambes (pas tout à fait) affûté 🎾🏃🏽‍♀️🤿