Des judogis contre le coronavirus

  • Par Félix Dorso
  • 27 avril 2020
Le fabriquant de kimonos Fighting Films, propose des masques 100 % judo.

Illustration réalisée par © Sixtine Lerouge

Le fabriquant de kimonos Fighting Films, propose des masques 100 % judo. 

À défaut de pouvoir mettre le coronavirus au tapis, la filière du judo se mobilise contre la pandémie. Le fabriquant de tenues de judo, ou judogis, Fighting Films a décidé de se lancer dans la conception de masques barrière. 

Tout a commencé le jeudi 16 avril, quand Joseph Bridge, le président de l’entreprise a cousu le premier prototype à partir d’un kimono. « J’ai vu que ça marchait bien, le coton se tenait bien, raconte-t-il, j’ai donc lancé la production ».

C’est en voyant les stocks de judogis pour enfants, invendus à cause de la crise du COVID-19, que le fabriquant a décidé de les recycler. « Tout le monde cherchait des masques donc ça me paraissait logique de faire ça. » Si les tenues de judo adultes sont épaisses pour résister à la saisie de son partenaire, les judogis miniatures sous plus souples. Leur tissu est plus adapté. 

Comme au judo, les masques Fighting Films sont disponibles en deux coloris, le blanc, couleur traditionnelle de la tenue du judoka et le bleu, parfois porté en compétition. 

Au départ, l’idée de Joseph Bridge était d’offrir 10 masques aux hôpitaux de Paris tous les 100 masques achetés. Mais le personnel de santé n’ayant plus tellement besoin d’équipement, le président de Fighting Films s’est rabattu sur les pharmacies. « On a fait un partenariat avec une pharmacie qui les donne à des familles dans le besoin », explique-t-il. 

Faits à la main, ces masques « judo », coutent 10 €. Pour l’instant l’affaire marche bien, avec déjà 400 commandes. Judo 1 – coronavirus 0. 

Auteur.e.(s)

  • Journaliste et illustrateur, aime croquer et raconter la vie. Terreur des tatamis le mardi et le jeudi.