Une seule équipe vous manque…

  • Par Solenne Bertrand
  • 5 mai 2020
Une seule équipe vous manque…

Illustration © Lucie L – @lucielgt

Plusieurs semaines sans ballon et les fans de l’ESTAC tournent en rond. Depuis la suspension puis l’arrêt du championnat de Ligue 2, les supporters de l’équipe auboise sont fiers des actions menées par leur club en temps de crise sanitaire et ils espèrent que leur équipe pourra jouer les play-offs. 

C’était le 6 mars 2020. L’ESTAC rencontrait, au stade de l’Aube, le Paris FC. L’objectif de la soirée était de taille pour l’équipe auboise en lutte pour la montée en Ligue 1 : engranger une cinquième victoire de suite, synonyme de deuxième place du classement de Ligue 2. Après un pénalty manqué pour l’ESTAC repoussé par le gardien du Paris FC, Warren Tchimbembé ouvrait le score à la 22ème minute. Un peu plus d’une dizaine de minutes plus tard le Paris FC égalisait avec un but d’Ousmane Kanté. Les deux équipes se sont quittées ce soir-là sur un match nul. Au regard des spécialistes, ce n’était pas le plus beau match de la saison pourtant, aujourd’hui avec l’arrêt de l’ensemble des compétitions, certains supporters donneraient tout pour en revivre un. 

Un arrêt du championnat au goût amer 

Lors de son discours à l’Assemblée nationale le 28 avril, le Premier ministre Édouard Philippe a mis fin au suspense en déclarant : « la saison 2019-2020 de football ne pourra pas reprendre ». Un coup de sifflet final acté par la Ligue de Football Professionnel (LFP), deux jours plus tard, qui profite aux deux clubs en tête de la Ligue 2, le FC Lorient et le Racing club de Lens qui montent en Ligue 1. Cette décision, les supporters de l’ESTAC la comprennent. « C’est la plus juste, explique Valentin, 24 ans, attaché de recherche clinique. Il y a des vies en jeu, la sécurité et la santé doivent primer sur le sport évidemment. » 

Pourtant, le classement 2019-2020 donne un goût particulier à cette saison. Quatre points séparent le leader du championnat de Ligue 2, le FC Lorient (54 points) du Clermont Foot, le cinquième avec 50 points. Avec un si faible écart, la frustration est grande pour les Troyens. Pour Quentin, 17 ans, c’est une déception : « Nous n’étions qu’à 3 points du leader (Lorient) et 2 points du 2ème (Lens), nous aurions pu faire quelque chose avec quelques journées de plus ». À l’ESTAC on ne rigole pas avec les fins de saison surtout quand trente points sont encore en jeu. Des descentes, des montées en ligue 1, un titre de champion de Ligue 2… C’est souvent dans les derniers matchs de la saison que la tension est à son comble sur la pelouse comme dans les tribunes. « Tout était encore possible, pense Mickaël, 25 ans. Qu’est-ce qui nous empêche de disputer les play-offs*, pour lesquels nous sommes en position pour participer, en prologue de la saison prochaine ? Que cette montée, ou non, se joue sur le terrain et non dans un bureau de la LFP. » Derrière ces frustrations de supporters se cachent deux passions, le football et l’ESTAC.

*Les play-offs de ligue 2 concernent les clubs classés entre la 3ème et la 5ème place. Dans un premier temps, le 4ème affronte le 5ème et le vainqueur de ce match rencontrera le 3ème de Ligue 2. Celui qui s’imposera aura le privilège de défier le 18ème de Ligue 1, dans un barrage aller-retour.  

« Je tourne un peu en rond, il y a un vide, un manque qui s’est créé »

Depuis la suspension puis l’arrêt du championnat, pour les supporters, habitués à regarder les matchs de leur équipe à la télévision ou à se rendre au stade à chaque match, le temps est long. « Je suis clairement en manque », confie Laetitia, 25 ans. Sentiment partagé par Mickaël, fan du club depuis vingt ans : « Honnêtement, je tourne un peu en rond, il y a un vide, un manque qui s’est créé. Le pire c’est quand le vendredi soir arrive. Je déteste Koh-Lanta en plus ! » C’est la première fois qu’ils vivent aussi longtemps sans leur passion. Comme tous supporters d’autres clubs un peu nostalgiques, ils prennent leur mal en patience et certains ont même trouvé la parade pour faire passer le temps. « Je regarde les vieux matchs qui passent sur la chaîne de télévision [Canal 32, ndlr] et sur Youtube », raconte Valentin. Un rituel virtuel qui ne remplace pas le réel, mais qui rappelle sa « récompense du week-end » pour lui qui travaille la semaine. Cela lui permet aussi de garder un lien avec le club. 

Les clubs de foot s’adaptent à la crise

Rester en contact avec le club ? C’est aussi très important pour Juliette, 18 ans. La jeune lycéenne est fière des actions de son club en cette crise sanitaire liée au Covid-19. « Cagnotte solidaire pour les hôpitaux, vente aux enchères caritative, paniers garnis à ses abonnés les plus fragiles, apéritif en visio entre les dirigeants, les joueurs et les supporters, énumère-t-elle. L’ESTAC est un club très actif pendant cette période difficile. » Des initiatives du club à la banderole de soutien des membres du Magic Troyes 1997, groupe de supporters officiel de l’Estac, déposée devant le centre hospitalier de Troyes. Comme de nombreux club de l’hexagone, le club troyen et ses supporters se mobilisent pour soutenir le personnel soignant. 

Ces actions de solidarité et ces rendez-vous auxquels les fans assistent, seul ou en famille, leur font oublier le temps d’un instant le contexte actuel et les semaines qui les séparent des retrouvailles avec leur club. Juliette a un rêve pour l’année prochaine, celui que l’ESTAC termine leader de Ligue 2 et monte en ligue 1. Rendez-vous, dès la possible reprise du championnat, le weekend du 22 et 23 août prochain. 

Auteur.e.(s)

  • Toujours un oeil rivé sur la société et l’autre sur la politique. Fan du ballon rond et du petit écran.