Jean-Pierre Bertrand : « Merci, le personnel soignant »

  • Par Solenne Bertrand
  • 11 mai 2020
Jean-Pierre Bertrand : « Merci, le personnel soignant »

Rescapé du Covid-19, Jean-Pierre Bertrand, 72 ans, colonel de l’armée de l’air à la retraite a pu retrouver sa femme après 21 jours à l’hôpital. De retour chez lui, il raconte cette épreuve et adresse ses remerciements au personnel soignant. Témoignage. 

« Fatigue, baisse d’appétit, une fièvre de 40,2°. Pendant cinq jours, j’ai eu des signes de dérèglements physiques qui s’accentuaient. Le médecin de famille est venu à la maison, il a évoqué le Covid-19 et il a demandé à ma femme de m’emmener à l’hôpital. Là, j’ai été pris en soins dans une « chambre Covid ». On m’a soumis à plusieurs examens (mais pas ceux du Covid). Un médecin est ensuite venu me prescrire des médicaments et il m’a renvoyé à la maison. Mon état de santé ne s’arrangeait pas et il s’est même aggravé quand j’ai ressenti une gêne respiratoire. Le médecin de famille est revenu me voir trois jours plus tard, il a fait venir une ambulance qui m’a emmené à l’hôpital, où l’on m’a installé en « chambre Covid ». C’est devenu clair alors : j’ai en moi le Covid-19. Commence alors un périple de 21 jours à l’hôpital.

« J’ai en moi le Covid-19 ». 

À l’hôpital d’Évreux, les six premiers jours, j’étais dans une chambre seul, couché, en autonomie sanitaire et on m’a donné un traitement à base de chloroquine. Après l’apparition d’un autre symptôme, on m’a fait une radio des poumons qui a confirmé l’amplification de l’attaque du virus sur mes poumons. Par la suite, j’ai passé huit jours en service de réanimation, avec intubation et mise en coma artificiel. Pendant cette longue semaine, le médecin qui s’occupait de moi a annoncé à ma femme que mon « pronostic vital » était engagé. À mon réveil, on m’a transporté par ambulance dans un autre hôpital en périphérie d’Évreux où j’ai passé six autres jours en confinement. Ce fut très satisfaisant. C’est à partir de ce moment que j’ai repris contact avec mes proches. Ils me manquaient. Le lundi 27 avril, j’ai été libéré par le médecin de l’hôpital. Quel bonheur ! Ma femme, qui avait beaucoup souffert pendant cette épreuve, est venue me chercher. 

« J’ai fait confiance aux médecins »

La première personne que je voulais voir en sortant, c’était bien elle. Je voulais lui rendre son bon moral qu’elle avait perdu douloureusement depuis que mon état de santé s’était dégradé. En effet, c’est peut-être elle qui m’a transmis le virus. Elle travaille à la mairie. Le jour des élections municipales, elle a fait le tour des 33 bureaux de vote et a participé à de nombreuses réunions. Par la suite, et juste avant l’apparition de mes premiers symptômes, elle a traversé quelques jours de fièvres. 

Pendant cette longue période à l’hôpital, où j’ai perdu 8 kg, j’ai fait confiance aux médecins. Ils ont traité l’agression du Covid-19 sur mes poumons avec une compétence remarquable. Cette histoire est terminée et je n’ai qu’un seul message pour le personnel soignant : merci, merci, merci. »

Auteur.e.(s)

  • Toujours un oeil rivé sur la société et l’autre sur la politique. Fan du ballon rond et du petit écran.